Archives par mot-clé : développement local

Réseau collaboratif AMACCA

Les Associations pour le Maintien des Alternatives en matière de Culture et de Création Artistique transforment les citoyens en « spect’acteurs ».

La Culture par la collaboration

Olivier Lanoë, qui a lancé le concept d’AMACCA en 2007, a souhaité revoir par son action le lien entre producteurs et consommateurs dans une logique qui dépasse largement l’échange marchand. Ces associations mettent les citoyens au cœur d’un projet culturel dont ils sont les acteurs. Mieux : elles leur permet de sortir de leur rôle de simple consommateur et de s’emparer des projets culturels. Ils deviennent ainsi des « spect’acteurs », à travers un dispositif de développement local participatif. Ce faisant, elles militent pour une culture non marchande, une réappropriation de ce bien commun.

Article AMACCALa Structuration du réseau

En 2009 naît l’AMACCA des Culticulteurs La Ciotat qui a déjà à son actif plusieurs événements : théâtre de rue, concerts de jazz, de rock alternatif… L’AMACCA du Gapeau a organisé en mai 2014 sa première manifestation culturelle, avec, entre autres, plusieurs concerts. Ce projet, qui n’en est qu’à ses débuts, est en pleine évolution. Tout le réseau est en train de s’étendre sur tout le territoire français. Après s’être dotées d’une charte, les structures se présentent comme un dispositif de développement local qui permet aux habitants de s’emparer des politiques culturelles grâce à un modèle économique innovant qui met en avant la contribution et la responsabilité de tous pour faire de la culture un bien commun démarchandisé. Il crée un espace citoyen inédit, participatif démocratique, qui respecte la diversité des territoires et de leurs habitants.

Un outil qui permet de diminuer sensiblement le montant des contributions des adhérents, permettant la participation de tous au projet.

Le micro-mécénat

Pour réaliser ses objectifs, le réseau a mis en place un système de micro-mécénat basé sur les valeurs de l’Économie sociale et solidaire. Ce mode de financement s’appuie sur la « loi Aillagon » relative au mécénat, qui permet à un contribuable de bénéficier d’une réduction d’impôts de 66% sur les dons qu’il a consentis aux organismes culturels dits d’intérêt général.

En résumé : si une personne fait un don à une AMACCA, il utilise une partie de son impôt pour financer de la Culture. Le principe est donc de transformer un transformer un instrument financier lourd (la cotisation des adhérents) en instrument citoyen.

Citoyen est bien le mot adéquate pour ce réseau collaboratif d’envergure qui repose sur 3 principes :

L’innovation démocratique : création d’un espace politique, local et citoyen, un espace d’initiation pour y développer d’authentiques pratiques culturelles indépendantes et vertueuses, participatives et délibératives.
L’innovation économique à travers un usage éthique du mécénat et du micro mécénat encadré par une charte éthique et une charte de fonctionnement.
L’initiative locale et unique inscrite dans un réseau national.

Pour en savoir plus rendez-vous sur http://reseauculture21.fr/amacca/